Oser vivre sans frigo

Déjà six mois que j’ai débranché mon frigo. J’ai rigolé ce matin en observant ma mère s’efforcer de vider son frigo avant de partir trois jours en vacances. « Moi je n’ai pas besoin de vider mon frigo, ni de le dégivrer. » Ai-je pensé en souriant.

Enfin, je rigole, car moi aussi, à chaque fois que je pars en voyage tous les mois, je dois bien vider ma cuisine de tout produit frai qui risquerai de prendre mal.

Au début je n’osais pas dire à mes amis que je voulais vivre sans frigo. Mais j’ai pris mon courage à deux mains pour oser être moi même et incarner mes valeurs. Qui plus est, chez moi ! dans mon appartement à moi seule.
Mais comme mon beau père avait passé une soirée à changer le sens d’ouverture de la porte du frigo, je n’osais pas dire que c’était du travail inutile. Alors j’ai toléré quelques semaines le bruit infernal du frigo dans le silence de mon appartement, j’ai jeté quelques oeufs et salades surgelées.

Puis un jour, il y a huit mois, j’ai débranché mon frigo.

Vivre sans frigo, c’est facile

J’ai déjà partagé plein d’astuces pour vivre sans frigo, pour conserver les légumes par fermentation dans des bocaux, faire pousser des graines germées, acheter des boites de conserves …

Mais finalement le plus important c’est la simplicité d’acheter du frai. Je sors faire un tour en ville, j’achète des produits frais au petit paysan et au poissonnier, puis je cuisine directement, sans stocker, sans attendre. Je ne garde pas de restes. Je cuisine à ma faim.

Et les jours où je reçois du monde, je rallume mon frigo pour raffraichir une bière, un coca et garder un dessert en surprise. Franchement il n’y a rien de bien compliqué à connaître pour vivre sans frigo. Aujourd’hui, je suis prête à rebrancher mon frigo si c’était nécessaire, par exemple en cas de colocation ou de concubinage. J’ai déjà tiré les bénéfices de cette expérience et j’en suis reconnaissante.

Les enseignements

Pour moi, la chose la plus importante dans cette expérience a été d’oser faire ce que je ressens être juste pour moi. Et c’est un excercice pas très facile au début. Mais c’est tellement essentiel d’oser dire au monde « voilà, moi je suis comme ça, j’aime les hommes, je vis sans frigo, je mange du surimi et je ne me sèche pas les cheveux après le shampoing »

Cette petite étape simple a été bien plus qu’un simple geste rebèle contre la société de consommation, les énergies fossiles, le gaspillage alimentaire et le zéro déchet. Ce geste a été un petit pas vers moi même. Un petit pas timide vers l’incarnation de mes valeurs et la christalisation de mes idées. Enfin j’ai osé concrétiser ce en quoi je crois.

Qu’est-ce que ça fait du bien, je me sens mieux. Depuis je me sens droite dans mes bottes, je me sens à ma place. Cette petite expérience m’a encouragé à recommencer, à faire d’autres petits pas pour me retrouver moi même. La vie peut naître à nouveau. La vie ne germe pas dans les frigos, mais à la lumière.

12 semaines pour libérer ma créativité avec Julia Cameron

julia cameron liberer creativite

Après avoir quitté mon emploi, j’ai fait un break. Je me suis pris un temps de pause. J’ai pris trois mois pour vraiment bien réfléchir à ce que je voulais faire de ma vie. J’ai tout remis en question, comme je sais si bien le faire. Mon métier, mes amis, mon chéri, la famille, mon pays, la ville dans laquelles je vis, mon appart récement repeint, mes rêves d’enfant, mes projets de grands … J’ai pris trois mois pour me poser toute une série de questions et déboucher sur un projet de vie qui m’excite et m’effraye à la fois. J’ai trouvé ma mission de vie, mais c’est le sujet d’un autre article.

Puis mon amie Eliane est venue passer une semaine à la maison. Son truc à elle c’est d’écrire. Mon truc à moi, c’est de raconter ma vie sur Youtube. Cette semaine là m’a donné envie d’écrire, et lui a donné envie de se filmer. Génial non ?

Il faut absolument que tu lises Julia Cameron !

La semaine où Eliane était chez moi, elle m’a parlé de Julia Cameron à chaque fois que j’évoquais mon nouveau projet professionnel. A ce moment là je préparais mon programme de 21 jours pour trouver sa mission de vie. C’est un programme que j’offre à mes lecteurs, dans lequel j’ai résumé en 21 messages les questions clés de mon propre cheminement.

Sans le savoir, j’ai créé un programme qui ressemblait à celui de Julia Cameron. Donc pour approfondir l’expérience et enrichir le parcours des participants au programme, j’ai décidé de me plonger dans ce fameux livre : Libérez votre créativité.

12 semaines de programme

J’ai commencé le programme le 1° Août 2016. C’est un programme de douze semaines. Chaque chapitre apporte la thématique de la semaine. Le dimanche je lis le chapitre pour la semaine à venir. Le samedi je m’évalue, je fais un contrôle sur les efforts et les résultats obtenus dans la semaine. Et le reste du temps je réponds aux excercices proposés à chaque chapitres, je fais le rendez-vous avec l’artiste chaque semaine. Et le plus important : Les pages du matin.

Tous les matins, avant le petit déjeuner et la douche, je prends un cahier spécialement dédié pour écrire mes trois pages du matin. L’objectif est d’écrire vite sans réflechir ni élaborer un discours. On écrit pour se vider. On laisse les idées constructives ou destructrices s’exprimer. Avec la rapidité notre « Censeur interne » n’a pas le temps de s’exprimer, de nous corriger dans nos élans. Ainsi seule la vérité sort du stylo. Cette méthode est thérapeutique et nous aide à identifier nos blocages, nos peurs d’artiste. Comme ces pages ne sont destinées à être relues par personnes à par son auteur, et seulement 8 semaines plus tard, on se sens libre. On a moins peur de s’exprimer ou de dire des bêtises.

Ahhhh mon dieu mais quelle horreur !La mouche qui commençais à me taper sur les nerfs à voltiger dans ma chambre s’est noyée dans ma verveine. J’ai pris machinalement une gorgée de tisane et j’ai sentit cette forme inerte munie de pattes se frotter sur ma langue. J’ai tout recraché. J’en ai encore la sensation sur la langue. Je ne sais pas si je serai capable de m’en remettre un jour. Un tromatisme à vie. De quoi me créer un bon gros blocage qui m’empêche d’écrire des articles de blog pour le restant de mes jours.

Pour en revenir à Julia Cameron

Sa méthode est géniale. Car elle nous aide pas à pas à identifier nos blocages, et nous en libérer par des petites actions concrêtes et très simples. Si tu sens qu’en ce moment tu manque de créativité, que tu aimerai être un peu plus originale, sortir de l’ordinaire, donner de la poésie à tes tâches ménagères … Alors ce livre est fait pour toi.

Pour ma part, je suis heureuse d’être tombée sur ce programme dans mon parcours de reconquête créative. Il confirme des intuitions que j’ai écouté et travaillé ces derniers mois. Il me donne la crédibilité donc j’ai besoin (envers moi même) quand fait ce travail sur moi. Mon autosaboteur ne peut plus me dire « Mais Lucie, tu n’y connais rien en développement personnel, laisse tomber tous ces excercices ils ne mènent à rien ». Maintenant quand mon censeur essai de me dissuader, il perd toute crédibilité car c’est Julia Cameron qui l’a dit, c’est pas moi !

J’ai bientôt terminé les douze semaines du programme. Je me sens prête à améliorer le programme de 21 jours en l’enrichissant d’exemples plus concrêts et de nouveaux exercices que j’ai testé.

Quelques victoires

Pendant ce processus je me suis réconciliée avec l’écriture papier. Je prends plaisir à noter sur mon beau cahier tout ce qui me vient par la tête et je ne me retiens pas de noter une idée sous prétexte que je ne sais pas dans quelle application la noter. J’avance dans mes objectifs de publication de vidéos, de formation et de lecture simplement parce que je prends plaisir à noter ce qui est fait dans mon joli cahier.Je n’ai plus peur de copier car je sais que le processus créatif est un mélange d’inspiration (copie) et d’adaptation dans un nouveau contexte avec notre touche personnelle, notre nouveau regard.Et le plus incroyable, j’écris. Je n’osais pas écrire, raconter ma vie, monter un blog.

Les prochaines victoires (ou enfants intérieurs à naître à ce monde créatif) :

  • Chanter en public
  • Danser la salsa
  • Ecrire un livre
  • Vendre mes formations
  • Peindre mes meubles
  • et bien d’autres j’espère !

Et toi ? Quels sont les blocages dès quels ce processus va te libérer ? Qu’attends-tu pour te procurrer ce livre ?